dimanche 15 juillet 2018

TUBES DE L'ÉTÉ #1 Amour lointain, mer chantante et grippe carabinée

Quelques mois plus tard, me voici de retour avec un article de circonstance, car j'écoute énormément de musique en été (bon, je dois avouer que j'en écoute à peu près tout le temps en fait), et les vacances me permettent toujours de faire de nouvelles découvertes. C'est pour cette raison que j'ai décidé d'inaugurer cette rubrique musicale — si cela vous intéresse, vous pouvez également faire un tour sur la page Sons de ce blog, où j'essaie de mettre à jour mes obsessions musicales à peu près régulièrement (c'est à dire environ deux fois par an, bref, sans commentaire).


L'aérogramme de Los Angeles (Yves Simon Cover) — Woodkid & Louis Garrel 



Cette magnifique reprise figure sur l'album Génération(s) éperdue(s), un disque dédié à Yves Simon, dans lequel on peut retrouver d'autres belles reprises du chanteur par Christine & The Queens, Feu!Chatterton, Soko, Radio Elvis, et bien d'autres encore...
Le duo Woodkid/Louis Garrel fonctionne admirablement bien, et leurs voix se fondent dans la nostalgie latente qui se dégage de la chanson. L'instru est douce, planante, et ne prend jamais le pas sur la partie chantée. Cette reprise a le mérite d'être fidèle à la version originale, tout en devenant une création nouvelle à part entière, un instant de grâce de trois minutes trente, mélancolique comme un poème redécouvert après plusieurs années d'oubli.

Le naufragé — Voyou



Le Naufragé me rappelle un peu Conte d'été de Rohmer, et ses personnages d'adultes enfantins, fascinés par les marins et leurs chansons, qui les suivent jusque dans leurs aventures amoureuses. C'est une chanson bleue, douce et amère, un peu grave, belle dans sa grande simplicité. (Si vous avez le pied marin et que vous aimez un minimum les chansons sur les sentiments humains, le premier EP de Voyou, On s'emmène avec toi, sorti début 2018, est à écouter d'urgence !)

Hello? — Clairo ft. Reijie Snow



Difficile d'échapper à Clairo, jeune prodige d'électro pop âgée de dix-neuf ans, et dont le premier EP, diary 001, a fait grand bruit cette année. Ce titre rêveur et léger, en featuring avec le rappeur irlandais Reijie Snow, en est extrait. Il évoque une forme d'amour à distance et totalement virtuel, qui fonctionne sur la collision entre les deux univers de la chanteuse et du rappeur, et leurs visions différentes du sentiment amoureux. (Bon, je ne peux pas m'empêcher de parler d'Angèle et de son titre Je veux tes yeux, qui évoque également une relation virtuelle pleine de paradoxes, parce qu'il m'a bercée tout l'hiver)

La fièvre — Suprême NTM



Il n'y a pas de saison idéale pour écouter Suprême NTM qui reste, selon moi, l'un des meilleurs groupes de rap français de tous les temps. Ce titre culte et entrainant a tout pour plaire, car il allie rap, soul et funk (le fameux sample est issu d'un titre des Crusaders, un groupe qui mélangeait habilement différents styles de musique, comme le jazz et la pop). Et les paroles, qui décrivent une journée dans les vies de Kool Shen et de Joey Starr, sont des plus imagées... A conserver précieusement dans sa discothèque toute l'année.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire