jeudi 17 août 2017

LE BEL ÂGE EN IMAGES #2 Beyond Clueless, Charlie Lyne, 2014

L'été passe à vive allure et je n'ai pas vraiment écrit sur ce blog, j'ai tâché d'être productive ailleurs, avec ou sans succès...
J'ai regardé hier le documentaire Beyond Clueless de Charlie Lyne. D'après wikipedia, Charlie Lyne est un jeune réalisateur et critique de cinéma de 26 ans, qui a deux documentaires à son actif (Beyond Clueless et Fear Itself, traitant du cinéma d'horreur). Il a acquis une certaine renommée en créant le blog Ultra Culture à l'âge de seize ans. Lyne est également connu pour avoir réalisé Paint Drying, un film montrant de la peinture blanche séchant sur un mur de briques durant 607 minutes (rien que ça). Au-delà de son envie évidente de ne pas être another brick in the wall — ne me remerciez pas pour le jeu de mots — Charlie Lyne a fait un pied de nez au BBFC (British Board of Film Classification, un comité de censure anglais) qui a dû regarder le film dans son intégralité durant deux jours...
Revenons maintenant à Beyond Clueless. Je souhaitais regarder ce documentaire depuis très longtemps, car il présente un florilège de teen movies en tout genre — Charlie Lyne étant lui-même fan de ce genre cinématographique. Ainsi, lorsque j'ai eu l'occasion de trouver le DVD à la bibliothèque, j'ai sauté sur l'occasion.

© Beyond Clueless, Charlie Lyne, 2014

Je me suis trouvée déroutée par ce documentaire assez court, qui comporte bien des points positifs et un point négatif, malheureusement assez conséquent. 
Tout d'abord, il est extrêmement prenant. On ne voit pas le temps passer, car il est rythmé et bien conçu, avec énormément d'extraits de teen movies en tous genres — pas de panique si vous n'avez pas le temps de tout noter, le petit livret "vidéothèque" compris dans le DVD vous aidera à y voir plus clair. Le montage est indéniablement très bien conçu, avec un découpage en chapitres, un prologue et un épilogue. Chaque chapitre évoque une caractéristique du teen movie et de l'adolescence — le lycée, la sexualité, le passage à l'âge adulte...  Le documentaire est commenté dans sa totalité par Fairuza Balk, une actrice américaine, connue pour avoir joué dans The Craft, dont j'ai déjà parlé, American History X de Tony Kaye ou encore The Island of Dr. Moreau de John Frankenheimer. Sa voix particulière correspond merveilleusement aux images. Parfois, on esquisse un sourire lorsqu'on la retrouve plus jeune sur l'écran, toute de noir vêtue, alors qu'elle parle doucement du lycée américain et de ses "castes". 
Ce documentaire porte un regard différent sur les teen movies. Il ne se contente pas de faire défiler des images, commentées vaguement par une actrice connue, mais il réinvente littéralement le genre, en livrant sa propre interprétation des extraits proposés. Dans chaque chapitre, on trouve également des passages sans aucune parole, accompagnés par la musique de Summer Camp — agréable découverte musicale — sortes de clips vidéos composés de plusieurs dizaines d'extraits portant sur un même thème (je pense notamment à celui sur la piscine et à un autre, bien plus sombre, concernant l'angoisse que peut apporter l'adolescence.) Chaque extrait permet de faire réfléchir à la véritable idéologie qui se cache derrière les teen movies. Le regroupement stratégique de plusieurs scènes tirées de films différents montre qu'ils sont tous plus ou moins construits selon le même schéma : le peur de grandir, la sexualité montrée comme quelque chose de "mal", les fêtes et le lycée, avec ses groupes dont on ne sort jamais (sportifs, cheerleaders, camés, geeks...)
On est presque effrayés à l'idée de se dire qu'il est si facile de rentrer dans une case et de s'y conformer. 

© Charlie Lyne
Le seul reproche que je pourrais faire au réalisateur serait de reproduire parfois, peut-être inconsciemment, les schémas du teen movie, au lieu de les contourner comme il l'a si bien fait à certains moments du documentaire. L'homosexualité n'échappe malheureusement pas à une certaine ambiguïté : elle est mentionnée dans le chapitre qui concerne "l'émancipation" et le fait de "sortir du moule créé par le lycée et les autres". Cette vision m'a posé problème — il s'agit ni plus ni moins d'une orientation sexuelle, et non d'un acte de rébellion à l'égard de la société. Si l'on ajoute à cela le passage sur l'angoisse adolescente montré peu après, regroupant adolescents échevelés, sanglants et en souffrance, on ne peut que se trouver assez perplexes. Malgré cet écueil, Lyne réussit globalement à éviter tous les pièges des teen movies et à les détourner — s'il s'agit d'un genre cinématographique assez passionnant, il n'en reste pas moins que ces films sont ambigus et qu'il faut essayer de les regarder avec un certain recul, ce à quoi je n'arrive pas toujours de mon côté. Beyond Clueless est donc un documentaire à regarder absolument, ne serait-ce que pour l'immense variété d'extraits que l'on y trouve, allant du film d'horreur à la comédie grivoise, en passant la bluette adolescente et autres joyeusetés, même si certains thèmes ne sont pas forcément abordés avec neutralité ! 




avec la voix de : Fairuza Balk 
genre : documentaire
sortie : 10 mars 2014 (festival SXSW)
durée : 80 minutes environ

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire